Histoire de visiter plus facilement et plus loin (MAIS on aime quand même les taxis et autres micros....) on s'est mis dans la tête (surtout Julien) d'acheter une voiture...... Et bien croyez-moi c'est pas chose facile, les prix sont affreux et il vaut presque mieux acheter une voiture neuve.

à moins de 7000 dollars (soit 5800 €), on ne trouve rien de correct ou alors il faut se méfier.....

Tout ça c'est à cause d'une loi qui dit que désormais seulement les voitures d'occasions de moins de 5 ans peuvent entrer au pays, c'est à dire que les autres elles restent à la frontière ou entrent de manière illégale. Donc flambée des prix des voitures d'occasions de plus de 5 ans. Ce sont désormais toujours les mêmes voitures qui alimentent le fond de vieilles voitures de la Bolivie alors les gens en profitent et les prix explosent  (j'aurai du faire venir ma punto et j'aurai pu la vendre à prix d'or). Il faut dire qu'avant la Bolivie était le dépotoire de toute l'amérique, toutes les vielles voitures venaient finir leur vie ici, c'est pour cela que les micros sont d'anciens bus scolaire américain.

En plus il faut faire attention d'où vient la voiture, si c'est de Santa Cruz, il faut faire attention car au vu de l'humidité ambiante les voitures peuvent avoir subi des dommages et personne ne te le dit, si elle vient d'oruro elle peut faire l'objet d'une double carte grise et donc deux voitures correspondent aux mêmes papiers, ok c'est pas systématique mais quand tu n'es pas du coin tu sais pas trop à qui te fier...., De challapata c'est souvent des voitures trafiquées, volées ou avec de fausses plaques. En clair, comme on est européen on a vraiment l'air de pigeon......

Il faut également se méfier des voitures avec PODER... C'est une transaction qui fait que le premier propriétaire donne le pouvoir sur la voiture à l'acheteur mais les papiers restent au nom du premier propriétaire. A chaque fois que vous vendez la voiture vous pouvez donner un nouveau pouvoir (toujours sans changement de nom pour les papiers...), c'est à dire qu'on peut arriver à avoir sur une voiture  plusieurs "poder". Et le problème survient quand le dernier propriétaire veut changer les papiers de la voiture à son nom, il faut qu'il reprenne contact avec tous les anciens propriétaires pour annuler les poders...... C'est une vraie galère c'est pour ça que les gens restent avec les poders et donc ne changent pas les papiers de la voiture, plus facile pour eux..... (vous verrez pourquoi!!!!).

Pour acheter cette fameuse voiture

- On a commencé à faire les garages et quand on leur annonçait notre budjet (qu'on avait fixé au départ à 5000 $), ils nous regardaient avec désintérêt et nous demandaient gentiment notre numéro de téléphone au cas où un jour ils aient une voiture dans ces prix (autant dire jamais....)

- On a ensuite essayer la féria del Alto (le marché d'en haut), là tu trouves ce que tu veux comme voiture sauf que tu n'as aucune garantie ( tu peux avoir des vices cachés, des faux papiers, des voitures volées) et quand nous on s'approchait les prix prenaient un 0 supplémentaire.

- Julien s'est ensuite rabattu sur les petites annonces (moi j'ai laissé tombé et c'est devenu son obsession....) dans les journaux et sur internet mais ce n'est pas encore l'outil de base et il y a peu de sites et quand il y a des annonces il manque les photos. Il a trouvé quand même quelques annonces mais dès qu'il appelait avec son super accent espagnol les prix changeaient. Il a eu aussi quelques RDV pour voir des voitures mais par trois fois les gens ne sont pas venus (...). On commençait un peu à désespérer quand un jour Julien est tombé sur une annonce d'une jeep Cherockee. Pas trop vielle, pas trop de Kms et pas trop cher 7500$ (je sais on a monté notre budget...).

Lors de la première visite c'est même le type qui a rappelé pour savoir si julien allait bien venir au RDV (première en territoire bolivien....). Et là coup de foudre de julien pour cette voiture. Il l'a fait voir à "un copain" (notre boulanger...) pour voir si elle valait le coup et sans rien me demander il a dit oui. Donc maintenant nous avons désormais une belle voiture 4 X4 rouge!!!!!

ARRIVEE BOLIVIE(2012) 145

L'achat de cette voiture a mis en lumière quelques ratés dans mes préparatiffs pour venir ici en ce qui concerne le transfert d'argent....

Avant d'arriver en Bolivie ou tout autre pays vérifiez bien vos abonnements internet en ce qui concerne les virements et la création de nouveaux destinataires, pensez à prendre un chéquier français (en effet le lycée peut vous encaisser un de vos chèques en euros et vous donner la somme en monnaie locale, on perd un peu d'argent mais en 3 jours on a les sous et eux ils encaissent l'argent sur leur compte en france via la valise diplomatique deux ou trois semaines après.....), dès que avez un compte à l'étranger enregistrez ce compte comme nouveau destinataire pour pouvoir faire des virements ultérieurement.

Ensuite c'est bien beau d'avoir une voiture mais il faut aussi faire DES PAPIERS!!!! et qui dit papiers dit des heures d'attente dans les différentes administrations boliviennes: alcadia, notaires, avocats, "transito", Diprove..... et donc on est reparti pour un nouveau tramite, j'espère un peu plus simple car il n'y a qu'une personne à bouger..... (C'est Julien qui s'y colle, non mais, c'est sa voiture oui ou non!!!!!)

Allez je vous donne la marche à suivre et les papiers nécessaires et Julien viendra compléter en bleu car c'est lui qui s'occupe de cette affaire....

Achat de la voiture:

- Compromis de vente ( "una minuta") établie par un avocat.

- la photocopie de la pièce d'identité du vendeur (fait en plusieurs exemplaires).

- l'argent......

- photocopie du passeport de l'acheteur (en plusieurs exemplaires). (vous devez toujours penser à tout faire en plusieurs exemplaires)

 Changement de nom pour les papiers: (et là on comprend que les gens ne s'embêtent pas à changer et préfère le poder.....)

1) l'alcadia (la mairie):

c'est la mairie qui délivre la carte grise Bolivienne qui s'appelle le RUAT, pour faire le changement de nom, il faut dès l'argent donné au vendeur aller à l'Alcaldia. Là-bas, on paye les impôts et on fait un premier papier qui officialise la vente (mais ne délivre pas directement le RUAT, ce serait trop facile....).

En général on peut négocier que les impôts soient partagés entre les deux parties (ça fait quand même 3% de la vente).

Une fois le papier de paiement des impots délivré par la mairie direction un notaire.....

2) le notaire:

il faut aller voir un notaire pour faire authentifier la signature du propriétaire de la voiture car par la suite on aura besoin de lui alors plutôt que de lui bloquer une fois de plus la journée entière on authentifie sa signature devant notaire et ensuite il n'a plus besoin d'être là. et cela coûte 60 bol...

3) l'assurance ou le SOAT:

Tous les boliviens roulent avec un SOAT, c'est une assurance de base annuelle qui coûte 100 Bs. et couvre les dommages graves qu'ils risquent de causer. Si vous ne l'avez pas on ne vous laissera pas passer le check post aux frontières. Il y a des petites cabanes qui le vendent partout. Ensuite on peut prendre si on veut une assurance privée avec plus de garanties mais ce n'est pas obligatoire, pour l'instant on ne s'est pas décidé, on verra plus tard, un premier contact nous en propose une pour 150€ par an.

Ces deux papiers en main (attestation de paiement des impôts et SOAT), c'est la moment d'aller à la diprove..... (et là je vais laisser parler Julien car c'est lui qui l'a vécu........)

4) la diprove:

C'est la direction de prévention contre les vols de voiture. Il faut y aller pour vérifier les numéros de châssis et de moteur de la voiture, si tout est conforme et non volé. Pour cela il faut monter en ville très tôt (vers 6 heures) pour  faire la queue et attendre que les bureaux ouvrent à 8 heures. Si tout le monde est bien luné cela peut aller vite, sinon ils cherchent la petite bête.... Il  faudra y revenir quelques jours après pour récupérer le papier de conformité.

 Plusieurs choses me paraissent intéressantes à noter:

- étranger ou pas tout le monde est à la même enseigne et tout le monde est perdu (ça me fait plaisir parce que je n'avais pas l'air ridicule dans tout ce bordel organisé; bordel oui car on ne sait pas trop où aller et organisé car tout le monde respecte l'ordre des files d'attente)

- il faut un peu de chance et toujours avoir le sourire; cela m'a évité de passer la voiture aux douanes car lors de la vérification des numéros ils se sont aperçus que les papiers de la voiture (qui a été importée il y a 15 ans des EU) stipulaient 4 portes alors qu'elle en a 5 avec la malle. J'étais bon pour des papiers en plus mais le supérieur m'a fait comprendre de la main de revenir chercher le document trois jours plus tard et qu'il n'y aurait pas de problème ouf.....

- Ce jour là fut pour moi le commencement d'un nombre incalculable d'aller et retour entre les agents des différentes administrations et la photocopieuse que tu trouves dans tous les coins de rue ou même dans les différentes administrations et généralement deux ou trois étages plus haut ou plus bas que le bureau où tu poireautesdes heures.

Je crois que j'ai du faire une vingtaine de photocopies de chaque document mais à des moments différents ( passeport, SOAT, informe tecnico, ancien ROAT, cedula de identidad de l'ancien proprio, impuesto, minuta, resolucion de transferencia, testimonio notarial)

Une fois le papier de la Diprove récupéré (il faut encore aller au centre, c'est bien simple pendant cette période je n'ai pas vu mon mari de la journée...) direction le transito, c'est la police routière de bolivie.


5) le transito:

J'ai du m'y presenter quatre fois:

- En premier pour qu'il m'approuve " la minuta" par l'apposition d'un tampon (vous vous rappelez le compromis de vente du début): beaucoup de documents donc beaucoup d'aller retour dans les escaliers et quand enfin on a tous les documents dernière difficulté, les présenter dans l'ordre et dans une chemise de couleur (attention la couleur est importante) si l'ordre n'est pas bon ils te montrent du doigt une affiche qui explique tout ou presque et tu dois repasser avec cette fois tout dans le bon ordre.....
et merde..... on a oublié les photos d'identité 3X3 sur fond rouge avec le numéro de passeport incrusté comme les prisonniers, je dis "on" car je n'étais pas le seul dans ce cas...

-On y revient une deuxième fois pour récupèrer trois jours plus tard la minuta mais moi manque de bol, il manquait un papier (il m'avait en fait demandé un mauvais à la place) et je n'ai pas le sésame, LE TAMPON !!!!. Heureusement je garde le sourire et je demande de l'avoir maintenant plutôt que "mañana" comme il me le proposait, et indulgence de l'agent qui a du avoir pitié de moi car j'attendais depuis deux heures. Il me le fait illico presto.... OUF (comme quoi ils peuvent le faire dans la minute au lieu de faire revenir les gens.....)

6) de nouveau le notaire

 Dépot de "la minuta" signée plus quelques autres documents (notamment el reconocimiento de firma, cf plus haut) et retour le lendemain pour récupérer "le testimonio" (un truc qui fait 6 pages, tellement que je n'ai pas eu le courage de lire, en gros ça récapitule toutes les informations de tous les papiers que l'on a donné) et 160 bol de moins dans le porte monnaie.

7) de nouveau le transito

- Troisième passage pour cette fois avoir "una resolucion de transferencia": on recommence à l'identique (photocopies, ordre, chemise) avec pratiquement les mêmes documents mais dans un ordre différent....

Au passage, j'ai eu droit au même type qui m'avait aidé la dernière fois (pour le tampon....) et il en a profité pour me vendre des tickets pour une soirée organisée par les pompiers de la paz: je n'ai pas pu refuser, un service vaut bien au autre service.

Une semaine après je récupère ma "resolucion de transferencia" et direction l'alcaldia (pour une dernière ligne "courbe".....)

8) de nouveau l'alcaldia:

photocopies, ordre, chemise, guichet 2, guichet 17, guichet 18, une petite photocopie, reguichet 18 et enfin RUAT (équivalent carte grise) ça y est la voiture est à mon nom (une bière pour fêter ça)!!!!!!!

Je suis presque déçu d'avoir terminé car en fait je me suis régalé, j'ai rencontré plein de gens lors de mes longues files d'attente. Ah j'oubliais une dernière photocopie, celle du RUAT car il vaut mieux présenter la photocopie lors des controles de police!!!

 

Maintenant à nous les routes de la Bolivie et celles des pays alentours...... (sans les papiers on ne pouvait pas sortir de Bolivie, cela aurait été dommage durant nos vancances.....)

Dernière petite chose à savoir quand même  c'est que notre voiture ne peut pas rouler tous les jours dans les rues de La Paz du moins au centre, c'est en fonction du numéro de plaque. En effet à La Paz il y a une restriction de circuler dans le centre en fonction de la plaque d'immatriculation. Sont interdites dans le centre les voitures ayant une plaque terminant par:
1 et 2 les lundis
3 et 4 les mardis
5 et 6 les mercredis
7 et 8 les jeudis
9 et 0 les vendredis

Donc nous interdiction de monter en ville les jeudis. Donc si vous venez nous voir éviter de venir les JEUDIS!!!!!!!!

 à bientôt